La sente étroite au bout des Alpes

Découvrez le carnet de voyage dans le Mercantour de Caroline AUDIBERT et de Caroline CHALLAN BELVAL Les carnets illustrés d’une pérégrination sur les sentiers du Parc national du Mercantour, ce territoire préservé où les Alpes s’évanouissent dans la Méditerranée.

Couverture de l'ouvrage "La sente étroite au bout des Alpes"

 

Alors qu’il fête son trentième anniversaire en 2010, le Parc national du Mercantour confie à Caroline Audibert la mission de définir le « caractère » de son territoire. Deux ans après sort un carnet de voyage, guide précieux pour ceux qui dirigent leurs pas vers les paysages et les villages du Mercantour comme pour ceux qui s'intéressent à la relation intime qui relie l’homme à la terre, aux enjeux de la biodiversité ou encore aux valeurs ressources de la montagne.

Partie de Nice, la journaliste et philosophe a entrepris un périple au long cours, au fil des saisons, entre les monts des Alpes-Maritimes et des Alpes-de-Haute-Provence, sillonnant les routes étroites menant à la vallée de la Roya, empruntant les chemins de la Vésubie, passant les cols qui ouvrent sur la Tinée, l’Ubaye, le haut Verdon et le haut Var-Cians.

Son voyage l’a conduite parmi les hommes, à travers une terre de mémoire singulièrement vivante. Son témoignage est nourri de rencontres avec les bergers, agriculteurs et artisans qui réinventent les pratiques traditionnelles dans ces vallées, mais aussi avec les historiens, géologues, ethnologues et conservateurs qui mettent en perspective les activités des habitants des 28 communes du Parc ainsi que les patrimoines culturel et naturel du Mercantour.

Aux textes de Caroline Audibert dressant le portrait du Mercantour sont associés les encres et aquarelles de Caroline Challan Belval (artiste, chargée de cours à la faculté des Lettres et Sciences humaines de Nice et professeur de gravure et dessin à l’École nationale supérieure d’art de la Villa Arson à Nice).